Publié le 18 novembre 2020 Mis à jour le 25 novembre 2022

Le 25 novembre est la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Elle est instaurée en 1993 par l’ONU.

Aujourd’hui, la violence à l’égard des femmes et des filles constitue l’une des violations des droits humains les plus répandues, les plus persistantes et les plus dévastatrices dans le monde. Elle demeure également l'une des moins signalées en raison de l'impunité, du silence, de la stigmatisation et du sentiment de honte qui l'entourent. D'où la célébration de la journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes chaque 25 novembre.

arretonslesviolences.gouv.fr

Stands d'informations

A l'occasion de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, la mission égalité femmes-hommes lutte contre les discriminations vous accueille sur son stand à l'IUT :

  • mardi 22 novembre de 13h à 16h sur le site Ponsan (Hall d'accueil Bat central) ;
  • jeudi 24 novembre de 10h à 13h sur le site Rangueil (Hall de GEA).


Vous pouvez y retrouver des kits égalité gratuits. Ceux-ci contiennent un préservatif interne, un préservatif externe, du lubrifiant, un sticker et de la documentation. 
La mission a également préparé pour vous un quiz de sensibilisation ainsi que des jeux.

À l'université

Les politiques de lutte contre les violences sexistes et sexuelles et les discriminations se développent au sein de l’université Toulouse III - Paul Sabatier, et amorcent un véritable changement dans notre établissement. Ce changement s’inscrit dans le mouvement sociétal visant à renforcer la protection des victimes et à lutter contre l’impunité des auteurs de violences.

Début 2021, la mission égalité femmes-hommes lutte contre les discriminations a réalisé une enquête sur les modes de vie, la santé et la sécurité des étudiantes et étudiants de l'université Toulouse III - Paul Sabatier.  Cette enquête abordait plusieurs volets : les violences au sens large, les violences sexistes et sexuelles, les cyberviolences, les conséquences de la situation sanitaire ou encore la prostitution étudiante. Les données récoltées sont précieuses. C'est en effet la première fois que l'université réalise une telle enquête en prenant ainsi en compte les violences de genre et leurs conséquences sur la population étudiante. Cet état des lieux, va permettre à l'université de s'engager encore d'avantage dans la lutte contre les violences sexistes et sexuelles.

Télécharger le rapport

De plus, il existe une cellule d’écoute pour les violences sexistes et sexuelles et discriminations (VSSD) ou toute violence liée à une discrimination, et une adresse mail pour signaler ces violences :

cellule.ecoute.vssd@univ-tlse3.fr

En savoir plus

Image par Nino Carè de Pixabay
Date(s)
Le 25 novembre 2022